Cheminement professionnel

Bachelière en sociologie et détentrice d’une scolarité de maîtrise en développement régional de l’Université du Québec à Rimouski.

Impliquée activement dans le milieu des arts et de la culture pendant près de45 ans, successivement agente de développement puis directrice générale du Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent de 1985 à 2014. Directrice du Réseau des organisateurs de spectacles de l’Est-du-Québec (ROSEQ) de 1982 à 1985. Présidente nationale du Réseau des Conseils de la culture du Québec de 2009-2013, j’ai aussi siégé aux conseils d’administration de plusieurs organismes en développement régional, en santé et services sociaux, et en main d’œuvre.

Depuis 2014, une préretraite qui se traduit par des mandats à compléter dans différents lieux ou domaines, et ce à titre de consultante.

Valeurs professionnelles

L’honnêteté, l’équité, la franchise, le partage, l’ouverture.

Pourquoi devenir mentor?

L’idée de partage, de redonner au suivant, d’ouvrir la réflexion, de poursuivre le développement personnel (le mien et celui de l’autre) et d’apporter à d’autres une écoute, de contaminer les autres par ma passion.

Pourquoi être mentoré?

Pour pousser la réflexion, bénéficier d’un regard extérieur, d’une écoute de qualité.

Avez-vous déjà reçu de l’aide d’un autre entrepreneur?

Ce que je ne savais pas, je me suis donné les moyens de l’apprendre. En fait, j’ai eu quelques gestionnaires et personnes importantes qui ont influencé mon cheminement.

Plus grand rêve professionnel?

Assumer un leadership important comme femme, et ce, dans un secteur toujours à défendre.

Quand vous étiez enfant, quel métier vouliez-vous faire?

Moins un métier qu’une fonction : dirigeante.